Cart Total Items (0)

Panier

Dans une récente entrevue, le gardien sénégalais de Rayo Majadahonda, Cheikh Kane Sarr, victime de cris racistes, samedi, dans un match de la 3e Division espagnole contre Sestao River, a courageusement partagé son expérience, décrivant les moments de solitude et de colère qu’il a dû surmonter.

« J’ai vécu des choses que je n’avais jamais vécues de ma vie, confie l’ancien pensionnaire du Ndangane FC dans l’émission El Partidazo de COPE avec Juanma Castaño, lundi soir. Ce que j’ai vécu ce samedi a été horrible, c’était une journée horrible pour moi car je n’avais jamais vécu ça auparavant dans le football. Ils ont commencé en seconde période, entre la 50e ou 60e minute, quelque chose comme ça. Il (le supporter qui a commencé les insultes) a commencé à dire des choses étranges, des cris de singe, beaucoup de choses qui sont très laides. Puis ils étaient plusieurs. La vérité c’est que ça m’a énervé ».

« Je suis allé chercher de l’eau et j’ai vu un garçon qui avait un foulard et une capuche, relate-t-il. On ne voit pratiquement que ses yeux. Quand j’ai commencé à boire, il s’est rapproché de moi et m’a insulté. Ils étaient en train de tout dire : « putain de noir, fuis, noir de merde ». Des choses comme ça à ce moment-là, je ne pouvais pas tenir plus longtemps. Cela m’a mis en colère. Si je suis allé vers lui, je ne l’ai pas fait par geste agressif, je voulais juste lui demander pourquoi il m’insultait. La vérité est qu’une personne âgée n’est pas obligée d’agir ainsi. Je ne sais pas quel âge il a, mais il a peut-être atteint la cinquantaine ».

« L’arbitre ne m’a pas défendu »

Après avoir réagi, Cheikh Kane Sarr a été expliqué par l’arbitre de la rencontre, Francisco García Riesgo. Pire, le gardien de but sénégalais pourrait être lourdement sanctionné. Ce qu’il ne comprendrait pas du tout. « Au moment où je buvais, on venait de me marquer un but et l’arbitre était au milieu du terrain, il n’était pas là et il n’a rien vu quand mes coéquipiers m’éloignaient. L’arbitre est venu mais n’a rien demandé et il m’a donné un carton rouge. Je ne peux pas comprendre ça. Il ne m’a rien dit. L’arbitre ne m’a pas défendu. Je suis allé lui parler avec tout le respect du monde, mais il n’a rien expliqué du carton rouge. Cela me paraissait étrange ».

« Si tous les joueurs étaient comme Vinícius Junior… »

Et d’ajouter : « Si je pleurais ? J’ai presque pleuré. Mais c’est la vie. Qu’est-ce qui va se passer? Je ne sais pas. Il y a quelqu’un qui doit prendre des décisions. Je pense que nous devons nous défendre contre le racisme. Mon opinion est qu’une personne qui a subi du racisme ne devrait pas être punie. Je serais surpris. S’il me sanctionne, cela ne me semblerait pas juste. Une personne ne peut pas vivre une situation telle qu’elle est et elle se retrouve aussi sanctionnée. Je ne peux pas comprendre cela, mais si je dois l’accepter, que dois-je faire ? Cela ne m’est jamais arrivé ».

En Espagne, Vinícius, un des joueurs phares du Real Madrid et un des grands « acteurs » de la lutte contre le racisme, s’est prononcé sur ses réseaux pour soutenir Cheikh Kane Sarr. L’ancien portier du Gimnàstic de Tarragone et du Recreativo Granada tient à saluer l’attaquant brésilien.

« Je suis à mort avec Vinícius, car il a connu beaucoup de racisme. Le racisme n’a pas de place dans le sport. Je suis très fier de Vinicius, pour sa façon d’agir, de manifester contre le racisme. Je le remercie de m’avoir soutenu et de lutter contre le racisme. Mais il ne peut pas le faire seul. Si tous les joueurs noirs étaient comme Vinícius, le racisme prendrait fin », estime Cheikh Kane Sarr.

Khadim DIAKHATÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× Comment puis-je vous aider ?